.</font color>

L’engagement n’a pas d’âge

En tant que recruteurs et accompagnateurs des TPE dans la gestion des ressources humaines, nous sommes interpellés par une espèce de pensée dominante qui voudrait que les jeunes ne soient pas investis dans leur travail, pas facilement gérables, qu’ils ne savent pas ce qu’ils veulent… Nous ne sommes pas d’accord et voici pourquoi.

De qui parlons-nous ?

Tout d’abord, nous ne savons pas qui sont « les jeunes »… Existe-t-il un groupe homogène de personnes nées entre une date et une autre et qui auraient des comportements comparables ? Nous employons des jeunes et nous en plaçons chez nos clients et nous n’arrivons pas à les classer parmi ceux qui ne font pas preuve d’implication, qui ne travaillent pas, qui ne respectent pas les codes de l’entreprise.

Pour nous, les questions de génération (X, Y ou Z) tiennent plus de l’aspect marketing qu’autre chose. D’ailleurs, il nous semble que ces « théories » sont bien plus le fruit de la réflexion de « vieux ». qui eux n’ont pas su évoluer et qui restent dans des pensées qui les rassurent. Nous n’avons encore jamais entendu un « jeune » nous dire : « vous savez, je suis de la génération Y alors je ne supporte pas trop les cadres »…

Y a-t-il plus d’écart entre quelqu’un de 20 ans d’aujourd’hui et son aîné de 40 ans qu’entre ce dernier et quelqu’un qui a 20 ans de plus ? Nous ne le pensons pas. Cela fait des décennies (des siècles) que les mêmes discours ont cours. L’actuel accès aux technologies pourrait être créateur de différences entre générations mais là encore, nous constatons chaque jour que les différences d’utilisation des outils ne dépendent pas que de l’âge. (et nous sommes d’accord, on consulte plus son smartphone, même en entreprise, aujourd’hui qu’il y a 30 ans…).

Nous sommes d’accord avec Corneille ! Aux âmes bien nées

L’auteur dont nous parlons ici n’est pas l’auteur-compositeur-interprète québécois de 40 ans qui s’est fait connaître avec des titre de soul et de R&B, mais bien celui qui avec une plume magnifique a écrit le Cid entre autres.

Pierre Corneille fait dire à son Cid « je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ». Il voulait exprimer par là le fait que le talent et les compétences ne nécessitent pas d’attendre des années pour pouvoir s’exprimer. Si on reprend un vocabulaire de recruteur, pas certain que Rodrigue aurait été placé en short list. Il présentait certes des aptitudes mais déjà, à l’époque, son jeune âge posait un problème. Et pourtant, c’est bien Rodrigue qui a triomphé !

Et si on prolonge le raisonnement, parallèlement aux « jeunes » qui ne s’engagent pas, il y aurait donc des « vieux » qui sont irréprochables ? De la même façon, faire des généralités semble compliqué. Nous rencontrons chaque jour des gens formidables, femme/homme, jeune ou moins jeune avec des histoires, des origines, des parcours différents, riches. Nous rencontrons également, moins souvent, des gens moins intéressants et ils sont eux aussi issus de toutes les catégories !

Innovez ! 

Il est important de ne pas reproduire des schémas trop classiques basés sur le fameux « c’était mieux avant »… Cela s’applique dans la gestion des ressources humaines, le recrutement comme dans tant d’autres secteurs.

Parfois, nos clients nous disent cibler plutôt quelqu’un ayant tel profil ou tel autre et dans leur idée, leur candidat idéal a un âge défini. Nous leur prouvons chaque jour que leur candidat idéal a avant tout des compétences, des savoir-être, des qualifications et que le reste n’a pas d’importance.

Vous voulez en savoir plus ? Contactez-nous !